• Qu’est-ce que le Blues ?
    Chant populaire des Noirs américains, le blues exprime la tristesse et le désespoir. Arrivés
    aux Etats-Unis comme esclaves pour travailler dans les champs de coton ou poser des rails de
    chemin de fer, les Noirs déportés d’Afrique chantent leur triste condition (de vie).
    Le blues naît dans le Sud des Etats-Unis vers 1890. Il est issu de ces chants de travail et se caractérise par un rythme lent. On le considère comme étant à l’origine du jazz, qui est un
    mélange entre la culture africaine et la culture blanche américaine.
    Dans les années 1930, de la campagne, le blues arrive en ville, particulièrement à
    Chicago. « Ma » Rainey, la mère du blues, Bessie Smith, Big Bill Broozy (guitariste- chanteur),
    Memphis Slim (pianiste chanteur) sont quelques exemples illustres de l’histoire du blues.
    Le blues va évoluer vers des thèmes parfois plus énergiques, utilisant la guitare électrique ou
    accompagné d’un orchestre avec Muddy Waters, B.B. King ou Ray Charles.
     

    http://www.pedagogie95.ac-versailles.fr/plugins/fckeditor/userfiles/image/musique/jazz2008/carte_us.jpg

    Qu’est-ce que le jazz ?
    Inventé par les Noirs américains, le jazz est né aux Etats-Unis au début du XXe siècle. Sa
    particularité réside surtout dans le fait que la musique n’est pas écrite sur des PARTITIONS
    mais improvisée, inventée au fur et à mesure. Le swing et le « phrasé » sont les deux autres
    éléments caractéristiques du jazz. Le swing désigne le balancement du rythme, d’un temps sur
    l’autre, selon le principe d’alternance des moments de tension et de détente. Le phrasé est
    une façon de jouer de son instrument, se rapprochant de la voix humaine, imitant toutes ses
    émotions.
    Les origines du jazz sont nombreuses. Il est issu en premier lieu des chants des esclaves noirs
    transportés d’Afrique en Amérique : negro spirituals, gospel songs et work songs. Il descend
    également du ragtime, musique composée pour le piano, et du Blues. Il s’est aussi mélangé
    aux musiques des colons blancs, comme les quadrilles ou les marches.
    On dit que le jazz est né à La Nouvelle-Orléans (au Sud des Etats-Unis) avec les premiers
    orchestres- fanfares de rue et les orchestres de bar qui commencent à improviser autour d’un
    cornet à pistons ou d’une trompette (l’instrument principal qui guide l’ensemble). A partir des
    années 1920, le jazz se développe plus au nord, suivant ainsi les mouvements des populations
    noires qui quittent petit à petit le sud dans l’espoir de trouver du travail et des meilleurs
    salaires dans les villes industrielles comme Chicago.
    Les musiciens continuent alors à jouer et à enregistrer dans le style « New Orleans ». Certaines
    chanteuses comme Billie Holiday ou Ella Fitzgerald sont éblouissantes ! Puis, jusqu’en 1940,
    c’est l’époque des grands orchestres, les big bands, suivi de la naissance du be-bop, nouveau
    style de jazz au tempo souvent plus rapide. Vient ensuite le cool des années 1950, musique
    « fraîche », calme et détendue, dans laquelle beaucoup de musiciens blancs s’illustrent. Les
    années 1960 voient l’arrivée de la tendance très jazz, très libre, basée sur une improvisation
    totale : les mélodies et l’harmonie disparaissent au profit du son et de l’invention. Aujourd’hui,
    le jazz se nourrit de nombreuses influences…
    Source : Le dico de la musique, éditions de La Martinière jeunesse, 2005.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique